top of page

Actualités sur la condition féminine

LA PRÉSENCE DE MODÈLES EST IMPORTANTE POUR FAVORISER LA PLACE DES FEMMES EN SCIENCES

Si les femmes sont de plus en plus présentes sur les bancs d’école dans les domaines scientifiques, plusieurs mesures doivent toujours être mises en place pour assurer leur place sur le marché du travail et dans le secteur de la recherche. La représentation de davantage de modèles féminins fait partie des pistes de solution, selon une professeure.

Selon Statistique Canada, en 2016, 34 % des titulaires d’un baccalauréat en sciences, technologies, génie et mathématiques et sciences informatiques étaient des femmes, et elles représentaient 23 % des travailleurs en sciences et technologie

UN NOUVEAU RAPPORT MONTRE QUE LE FÉMINISME PEUT ÊTRE UN OUTIL PUISSANT DANS LA LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

D’ici à 2050, le changement climatique risque de plonger jusqu’à 158 millions de femmes et de filles de plus dans la pauvreté et 236 millions de plus dans l’insécurité alimentaire. La crise climatique contribue à intensifier les conflits et les migrations, ainsi qu’une rhétorique politique discriminatoire et antidroit ciblant les femmes, les réfugiés et d’autres groupes vulnérables.

Ces tendances difficiles – et les moyens permettant de les inverser – sont présentées dans un nouveau rapport d’ONU Femmes intitulé « Feminist climate justice: A framework for action » (La justice climatique féministe : un cadre d’action).

FÉMINICIDE PRÉSUMÉ À POINTE-AUX-TREMBLES : « LA VIOLENCE CONJUGALE, ÇA NE COMMENCE PAS PAR 20 COUPS DE COUTEAU »

« Choc », « tristesse », « colère ». Les témoignages émouvants se sont succédé mardi à Pointe-aux-Trembles, où quelques dizaines de personnes s’étaient réunies pour un hommage devant l’appartement où Narjess Ben Yedder, 32 ans, a été tuée vendredi dernier.

« Je ressens énormément de tristesse aujourd’hui, a confié Nathalie Gionet, intervenante au Centre des femmes de Montréal-Est/Pointe-aux-Trembles. De la violence conjugale, on en voit régulièrement. C’est encore très tabou de dénoncer. Malheureusement, ce sont souvent les victimes qui se sentent coupables, pas les abuseurs. »

DROIT À L'AVORTEMENT : QUÉBBEC FINANCE QUATRE ORGANISMES PRO-CHOIX

Déterminé à protéger le droit à l'avortement, le gouvernement du Québec octroie 1,4 million de dollars à des organismes pro-choix. Les organismes visés par l'aide financière sont SOS Grossesse, SOS Grossesse Estrie, Grossesse-Secours inc. et la Fédération du Québec pour le planning des naissances. 

L'aide financière doit permettre, entre autres, de renforcer la sensibilisation et d'offrir de l’information neutre et véridique, fondée sur des données probantes, en matière de grossesse non planifiée ou de prévention des grossesses non désirées, ainsi que de soutenir les personnes faisant face à une grossesse non planifiée.

DÉCOUVRIR LE CALACS, UN ORGANISME FRANCOPHONE CRÉÉ PAR ET POUR LES FEMMES

Une étude menée en 2022 au Québec révèle que la population féminine en études postsecondaires est le deuxième groupe d’âge le plus touché par les agressions sexuelles. Tandis que ces chiffres ne cessent de croître, le sentiment d’oppression ressenti par les francophones de la région d’Ottawa est également en expansion. La Rotonde a pu s’entretenir avec Gabrielle Pelletier, coordinatrice communautaire du Centre francophone d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), un organisme féministe francophone opéré par et pour les femmes d’Ottawa inauguré en 1996.

LA LUTTE DU FRONT COMMUN EST-ELLE UN COMBAT FÉMINISTE ?

À l’occasion de la Journée internationale des droits de la femme, en mars dernier, des militantes du Front commun s’étaient déjà réunies devant le Secrétariat du Conseil du trésor afin d’exprimer leur mécontentement quant à l’offre initiale du gouvernement de François Legault. Celui-ci prévoyait alors une inflation de 16,6% sur cinq ans, mais n’offrait qu’une bonification salariale de 9% sur la même période. Ainsi, le Front commun, qui compte une majorité importante de femmes, a choisi de se battre contre l’appauvrissement inévitable qu’aurait impliqué l’acceptation d’une telle offre.

 

En discutant avec des membres de ma famille durant le temps des Fêtes, qui travaillent eux·elles-mêmes dans le secteur public, j’ai eu cette même réalisation : les femmes non seulement recevaient un traitement moins favorable que les hommes, mais étaient spécifiquement les cibles d’une marginalisation consciente au sein de la fonction publique.

LA VIOLENCE EXISTE, RECONNAISSONS-LE!

Le 25 novembre 2023, la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes lançait officiellement sa nouvelle campagne de sensibilisation dédiée à la responsabilisation et à la mobilisation des hommes dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Cette initiative, financée par le Secrétariat à la condition féminine, vise à lancer un message clair : les hommes doivent se sentir concernés par les violences sexistes et agir ! Ils ont un rôle actif à jouer dans la création d’un environnement sans violence et respectueux pour toutes les femmes.

La campagne s’engage à aborder les questions de violence conjugale, de harcèlement sexuel, de discrimination de genre et de toutes les formes de violences dirigées contre les femmes.

VIOLENCE CONJUGALE: UNE NOUVELLE MAISON D'HÉBERGEMENT POUR SOUTENIR LES VICTIMES DANS L'EST DE MONTRÉAL

Le Centre des femmes de Montréal-Est/Pointe-aux-Trembles annonce l'ouverture d'une nouvelle maison d’hébergement pour soutenir les femmes victimes de violence conjugale, et ce, une semaine après le féminicide survenu vendredi dernier, à Pointe-aux-Trembles. 

La Maison Gisèle-Pomerleau de deuxième étape offrira 20 logements destinés à des femmes victimes de violence conjugale, ainsi que leurs enfants. Après leur passage en maison d’aide et d’hébergement de première étape, celles de deuxième étape permettent aux femmes de se reconstruire une nouvelle vie, à l’intérieur d’un logement abordable et sécuritaire. Ces femmes aux prises avec un ex-conjoint violent peuvent y vivre pendant deux ans. 

PLUS DE 250 ORGANISATIONS FÉMINISTES DEMANDENT D'INTERDIRE LES ACCUSATIONS D'ALIÉNATION PARENTALE

Aux côtés de l’Association nationale Femmes et Droit, nous avons signé une lettre ouverte demandant au gouvernement canadien d’interdire les accusations d’aliénation parentale dans les affaires de droit familial. Ce concept pseudo-scientifique mène les tribunaux à forcer des enfants à vivre avec un père violent. C’est pourquoi Reem Alsalem, la Rapporteuse spéciale des Nations unies sur la violence contre les femmes et les filles, a demandé à tous les États de « légiférer pour interdire l’utilisation de l’aliénation parentale ou de pseudo-concepts apparentés dans les affaires relevant du droit de la famille ».

LES FEMMES FRANCOPHONES ET ACADIENNES UNIES CONTRE LA VIOLENCE FONDÉE SUR LE GENRE

L’Alliance des femmes de la francophonie canadienne (AFFC) a élaboré une stratégie nationale et un plan d’action pour contrer la violence faite aux femmes et aux filles vivant dans les communautés francophones et acadiennes.

Au Canada, une femme est tuée toutes les 48 heures, selon l’Observatoire canadien du féminicide pour la justice et la responsabilisation (OCFJR).

APPEL À INTERDIRE L'INVOCATION DE L'«ALIÉNATION PARENTALE» DEVANT LES TRIBUNAUX DE LA FAMILLE

Une coalition de groupes de défense des droits des femmes demande au ministre fédéral de la Justice de modifier la Loi sur le divorce pour interdire l’utilisation de ce qu’elle appelle de la «pseudo-science sexiste» devant les tribunaux de la famille, s’en prenant tout particulièrement aux accusations d’« aliénation parentale » qui y sont faites à répétition. 

 

Car de telles accusations «revictimisent les femmes et les enfants», estiment plus de 250 groupes dans une lettre également adressée aux chefs des partis politiques fédéraux.

LE CENTRE DES FEMMES DE MONTRÉAL-EST/PAT INAUGURE LA MAISON GISÈLE-POMERLEAU POUR FEMMES VICTIMES DE VIOLENCE

EST MÉDIA Montréal est parti à la rencontre de Dorette Mekamdjio, directrice du Centre des femmes de Montréal-Est/Pointe-aux-Trembles (PAT), qui coordonne méticuleusement les derniers préparatifs en vue de l’inauguration officielle de la Maison Gisèle-Pomerleau, prévue le 2 février prochain. Cet édifice, composé de 20 appartements, accueillera les femmes victimes de violence.

bottom of page