Rechercher
  • cdfmepat164

Histoire #1 sur la violence conjugale

Souper de filles


Robert et Linda sont mariés depuis 13 ans. Ils ont 3 beaux enfants de 6, 8 et 11 ans. Robert travaille comme comptable dans une agence et ils ont décidés d’un commun accord que Linda resterait à la maison pour s’occuper des enfants. Linda n’a pas de permis de conduire. Elle a toujours habité proche d’une station de métro à Montréal. Robert quitte le matin vers 6h30 et revient toujours aux alentours de 17h30. Linda a toujours été heureuse de s’occuper de ses enfants, mais elle commence à s’ennuyer de voir ses amis. Elle appelle ses amies et elles planifient un souper de retrouvailles.


Toute contente à l’idée de revoir ses amies, elle dit à Robert :


- Jeudi prochain, Joëlle et Myriam m’invitent à souper, ça fait si longtemps qu’on ne s’est pas vues!


- Où ça? Pas au restaurant toujours? Ce n’est pas comme si tu avais un métier pour te permettre de te payer ça!


- Non non, chez Joëlle qui habite à Terrebonne.


- À Terrebonne! Pis j’imagine que tu vas encore vouloir que je te fasse un lift?


- Ben oui mon amour, je n’ai pas de permis et ce serait beaucoup trop long en transport en commun…


- Ben vas-y pas! Anyway pourquoi tu aurais besoin d’aller voir ces filles-là quand tu nous as nous ici à la maison? Ce n’est pas comme si elles étaient importantes à nos vies! T’es pas mal égoïste je trouve de penser à aller t’amuser en pleine semaine avec tes amies au lieu de t’occuper de ta famille! On est et sera toujours ta seule famille, même si tu as l’air de te foutre pas mal de nous!


Dans cette situation, quel(s) type(s) de violence Robert a-t-il utilisé contre sa femme Linda?

  1. Violence verbale

  2. Violence psychologique

  3. Violence sociale (ou par l’isolement)

Réponse : 2 et 3


La violence sociale concerne principalement l’entourage de la victime. C’est une forme de violence psychologique. Comme les autres formes de violence conjugale, elle peut être difficile à détecter, car elle se développe petit à petit. Tranquillement, la victime se retrouve seule et isolée. En voici quelques exemples possibles :

  • L’auteur de violence commence à rabaisser les personnes importantes pour la victime.

  • Il critique sans cesse son emploi, son milieu de travail ou ses collègues.

  • Il dénigre les passe-temps, les activités, les sports que son ou sa partenaire pratique.

  • Il lui interdit de recevoir de la visite, de parler à ses amis ou de les voir ou tente de limiter le contact de la victime avec eux.

  • Il lui interdit de contacter sa famille, contrôle ou limite les contacts.

  • Il a tendance à contrôler ses courriels et ses appels téléphoniques.


La violence psychologique se traduit de différentes façons dont :

  • en critiquant constamment la victime;

  • en la rabaissant;

  • en déformant la réalité pour modifier sa perception;

  • en la faisant douter d’elle-même;

  • en manipulant ses émotions;

  • en l’isolant socialement.

(Source : https://www.quebec.ca/famille-et-soutien-aux-personnes/violences/violences)


22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout